loader.gifVeuillez patienter.
Chargement en cours...

lundi 22 octobre 2018 - Fête(s) du jour
  à la Une | Flash Info | Dossiers





Et si on lui retirait les végétations…
… ou pas ?
 

L’ablation des végétations, ou adénoïdectomie, a été longtemps pratiquée à la chaîne. Aujourd’hui, l’ORL qui examinera votre enfant y réfléchira à deux fois, notamment lorsque la consultation chez le médecin est motivée par des rhumes à répétition. Qui décide ? A quoi servent les végétations ? Pourquoi les retire-t-on… ou pas ? Retour sur une opération rapide, bénigne et efficace.

 

 

 

 

 Et si on lui retirait les végétations… ou pas ?


     
 
Et si on lui retirait les végétations… ou pas ?, Top bébé Webzine

© IStock

 

Que sont exactement les végétations et où sont-elles situées ?

Les végétations sont de petites masses situées au niveau du rhino-pharynx, à l’arrière des fosses nasales, au-dessus des amygdales.

A quoi servent les végétations ?

Elles sont une barrière immunitaire. Les végétations apparaissent lors de la première année de vie de l’enfant et se développent activement jusqu’à 6 ou 7 ans. Ensuite, elles s’atrophient d’elles-mêmes. Lorsque l’enfant est souvent malade et que les végétations sont très sollicitées, elles peuvent grossir et devenir un problème (gêne respiratoire par exemple).

 

Et si on lui retirait les végétations… ou pas ?, Top bébé Webzine

© IStock

 

Quels sont les symptômes qui peuvent alarmer les parents ?

Les ronflements, les difficultés à respirer par le nez, les rhumes à répétition, les troubles du sommeil, les otites séreuses ou moyennes aigües, les rhino-pharyngites à répétition sont autant de signes qui peuvent amener à consulter un ORL.

Comment déterminer si on doit opérer ?

L’ORL qui reçoit l’enfant va pratiquer une fibroscopie. En résumé, il badigeonne le nez de l’enfant avec un petit anesthésiant local avant d’introduire la caméra microscopique dans le nez de l’enfant (c’est la fibroscopie) afin d’aller observer la taille des végétations. Si les végétations sont hypertrophiées, le médecin pourra décider de pratiquer leur ablation. Les otites à répétition étant la cause la plus fréquente qui conduit à l’adénoïdectomie (l’ablation des végétations) tandis que les rhumes et rhino-pharyngites sont de moins en moins considérés comme un symptôme suffisant pour pratiquer l’opération. Avant d’en arriver là, le pédiatre tentera plutôt de renforcer les défenses immunitaires de l’enfant, sachant que les végétations finiront de toute manière par s’atrophier elles-mêmes.

En quoi consiste l’opération ?

On parle d’ablation mais en réalité, le médecin va pratiquer un curetage pour diminuer le volume des végétations. Il laisse des bases sur lesquelles d’autres végétations vont se développer.

Les adultes peuvent-ils être opérés ?

En principe, non. Les végétations se sont réduites avec le temps. Il arrive cependant qu’un adulte se fasse opérer, parce qu’une masse anormale a été constatée au niveau des végétations. Il faut alors pratiquer l’ablation afin de vérifier qu’il n’y a pas de lymphome (tumeur).

Comment se passe l’opération ?

Tout se passe en hôpital de jour (chirurgie ambulatoire). L’enfant arrive tôt le matin, à jeûn depuis la veille. En chambre, une infirmière viendra lui administrer un suppositoire liquide dans une sorte de seringue afin de le détendre, avant de l’emmène au bloc, où il sera anesthésié au masque. L’intervention dure entre 15 et 20 minutes. L’enfant restera ensuite une petite heure (en principe) en salle de réveil avant de remonter s’installer dans une chambre avec ses parents. Petit à petit, il commencera à boire des liquides clairs (eau, jus de pomme…) et à manger des glaces avant d’attaquer des choses un peu plus consistantes comme un yaourt. Si tout se passe bien et que l’enfant ne vomit pas, il rentre chez lui avec la consigne de rester tranquilles deux ou trois jours, de manger du « mou » et si possible, tiède ou froid. Il arrive parfois qu’un peu de sang s’écoule du nez ou de la bouche. L’opération est prise en charge par la sécurité sociale à 100 %.

     
 

Végétations, amygdales, paracentèse et yoyos !

Il arrive que l’opération des végétations soit couplée avec l’ablation des amygdales, la paracentèse (une incision dans le tympan pour que le pue des otites s’écoule) ou encore la pose des yoyos. Autant d’interventions dues à une même cause : les microbes qui viennent obstruer voies respiratoires et conduits auditifs ! En 2011, on note même 22 000 opérations des végétations seules contre 90 000 opérations végétations/amygdales.

 
     

 

Et si on lui retirait les végétations… ou pas ?, Top bébé Webzine

© IStock


 
     
 


    Identification

Mot de passe oublié ?






Forums | Dossier de presse | L'équipe | TOP BEBE Copyright 2007 | Tous droits réservés | Mentions légales