loader.gifVeuillez patienter.
Chargement en cours...

lundi 22 octobre 2018 - Fête(s) du jour
  à la Une | Flash Info | Dossiers





Cours d’accouchement sans douleur, mode d’emploi
Maux de dos, coulées de laits et autres désagréments
 

L’accouchement sans douleur ou la psychoprophylaxie obstétrical est la préparation à l’accouchement la plus suivie par les femmes enceintes. Assurée le plus souvent par les sages femmes de la maternité du lieu d’accouchement, elle se déroule en huit séances, remboursées par la sécurité sociale. Son objectif ? Expliquer à la future maman comment va se dérouler son accouchement afin de bien la préparer à l’arrivée du futur bébé.

 

 

 

 

 Quand auront lieu les cours d’accouchement ?
 Comment se déroule un cours d’accouchement ?
 La séance introductive
 Quand venir à la maternité ?
 Allaitement maternel ou biberon ?
 La valise pour la maternité
 Le périnée
 L’accouchement


     
 

Quand auront lieu les cours d’accouchement ?

Les cours d’accouchement sans douleur sont proposés généralement durant le septième mois de la grossesse. À cette période, le ventre est bien concret et l’accouchement est de plus en plus proche. Qui plus est, les mères en bonne santé peuvent encore se déplacer. Seul bémol, beaucoup de cours, notamment dans les hôpitaux sont organisés la journée ce qui rend la présence de certaines femmes actives très difficiles. L’employeur n’étant pas tenu de vous laisser votre ½ journée pour y assister. Et que dire du papa qui aura beaucoup de mal à se libérer deux heures par semaine pendant sept semaines ? Heureusement, certains établissements proposent un planning longtemps à l’avance ou, bien plus pratique, organisent des séances le soir ou durant le week-end. Il n’est pas rare non plus qu’un des cours d’accouchement sans douleur soit consacré aux papas. Deux cas de figure existent : les papas seulement sont autorisés à se rendre à cette séance et posent toutes les questions qu’ils souhaitent. D’autres structures accueillent le couple et donnent la parole aux papas.

cours d'accouchement
  © Istock

 

 

Comment se déroule un cours d’accouchement ?

Il n’y a pas de cahier des charges concernant les cours de préparation à l’accouchement sans douleur, autrement dit, chaque maternité à sa façon de procéder. Si chaque expérience est différente, certains thèmes sont récurrents et inévitables. À commencer par la séance introductive. Quand venir à la maternité ? le choix de l’allaitement, la valise, le périnée et l’accouchement, sont les autres thèmes traités prioritairement lors des séances d’accouchement sans douleur. Il est bon de signaler que chaque femme vit plus ou moins intensément ces séances. Alors que certaines abandonnent dès le premier cours, d’autres sont parfaitement assidues et n’hésitent pas à poser toutes les questions qui leur viennent par la tête. S’il n’est pas indispensable pour réussir un accouchement d’assister à tous les cours, mieux vaut pour un premier enfant se déplacer ne serait ce que pour obtenir la réponse à certaines de vos interrogations, ou, pourquoi pas, rencontrer des femmes sur le point d’accoucher, comme vous.

cours d'accouchement
  © Istock

 

 

La séance introductive

Inutile d’espérer dès le premier cours d’accouchement sans douleur entrer dans le vif du sujet. Il s’agit avant tout de faire connaissance en abordant des thématiques pratiques plus que théoriques. Concrètement la sage femme va planter le décor, c'est-à-dire :

- rappeler les principales étapes de la conception du fœtus

- faire un focus sur les changements subis par votre corps depuis le début de votre grossesse (poids, taille de l’utérus, poitrine…)

- décrire votre lieu d’accouchement : où se trouve les salles d’accouchement, la salle de repos, les chambres etc. Certaines maternités –quand vous prenez vos cours directement à la maternité, sachant qu’il existe des structures totalement extérieures aux établissements de santé et qui ne permettent donc pas cette option- proposent lors des séances d’accouchement une visite des lieux. C’est de plus en plus rare. Mieux vaut éviter les allées et venues de visiteurs dans les couloirs d’une maternité. Et tout autant de microbes potentiels pour les nouveaux-nés.
 
cours d'accouchement
  © Istock

 

 

Quand venir à la maternité ?

- Les contractions utérines : vous ressentez vos premières contractions (une douleur aiguë en bas du dos), c’est bon signe mais patience. En effet, il ne faut pas se précipiter à la maternité car il y a de fortes chances pour que l’on vous renvoie chez vous si ce n’est pas le bon moment. Tout d’abord, s’agit-il de contractions de travail ? Pour le savoir, prenez un bain chaud. Si vos contractions ne diminuent pas, il s’agit bien du début du travail. Ensuite, si vous êtes proche du terme ou à terme, les contractions de travail doivent être rapprochées –toutes les cinq minutes environ- pendant deux heures si c’est votre premier enfant, pendant une heure pour les suivants. Si c’est le cas, rendez-vous à la maternité, l’accouchement n’est plus très loin.

- La perte des eaux : vous perdez du liquide de manière très abondante et sans interruption pour certaines, très légèrement pour d’autres (des toutes petites pertes mais qui se répètent souvent). Dans tous les cas, aucune question à se poser : vous devez vous rendre à la maternité. En effet, perdre du liquide signifie que la poche des eaux est ouverte, le bébé n’est plus protégé et des germes peuvent l’atteindre.

- La perte de sang : en fin de grossesse, le col est très vascularisé, ce qui entraîne souvent de petits saignements anodins. S’ils deviennent importants et ne s’arrêtent pas, allez à la maternité pour contrôler que le bébé se porte à merveille.

- Le bébé ne bouge plus : à la fin d’une grossesse, le bébé bouge de moins en moins dans le ventre. Et pour cause, il commence à se sentir à l’étroit. Difficile pour la maman de ne pas s’inquiéter quand les mouvements se font rares. Vous pouvez ne pas le sentir bouger pendant la journée. Si vous ne le sentez pas bouger quand vous êtes au repos et/ ou après le repas, changer de position, essayer de le déplacer dans votre ventre. S’il ne répond pas, allez à la maternité pour vous rassurer.
 

cours d'accouchement
    © Istock

 

 

Allaitement maternel ou biberon ?

Voici un sujet bien délicat. Difficile pour une maman d’échapper à la question de son entourage : est-ce que tu allaites ton enfant ? Vous allez, très vite, être confrontée aux « pro allaitement » (c’est naturel, tu transmets des anti-corps, c’est pratique et pas cher, ça permet la rétraction utérine…) et aux « pro biberons » (tu es libre, le papa participe, c’est moins fatiguant) La pression est grande mais n’oubliez jamais que c’est à vous et à votre couple de prendre la décision. Dans tous les cas si vous optez de manière forcée pour un des deux allaitements, bébé ressentira votre stress ce qui n’est pas bon pour lui.

Allaitement artificiel : pour rassurer les femmes qui n’ont pas pu ou voulu allaiter, il est bon de préciser en préambule que l’allaitement artificiel n’a jamais empêché les bébés de bien grandir. Non, votre enfant ne sera pas malade toutes les cinq minutes parce qu’il a été élevé au biberon.

Ce qu’il faut retenir du cours :

- pour vous éviter les désagréments d’une montée de lait dans les suites de votre accouchement, vous devrez prendre un traitement à la maternité. N’arrêtez jamais votre traitement – il dure généralement 21 jours - avant la fin, sinon vous risquez une montée de lait.

- vous allez très vite devenir un pro de la préparation du biberon. Avant de donner à manger à votre petit, n’oubliez pas de stériliser le biberon (jusqu’à ses trois-quatre mois). Respecter ensuite les doses prescrites (une dose de lait en poudre pour 30 ML d’eau). Enfin ne changez pas de lait sans en avoir parlé à votre pédiatre : bébé s’habitue très vite à une alimentation et un changement brutal peut entraîner des coliques ou d’autres désagréments.

Allaitement maternel :

la nature a bien fait les choses puisque votre corps produit la nourriture dont a besoin bébé. Le lait est à la bonne température dès la sortie du sein et la quantité disponible évolue avec les besoins de Junior.

Ce qu’il faut retenir du cours :

- les premiers jours, le lait s’appelle du colostrum. Il est épais, jaune et pleins d’anticorps et particulièrement riche. Vers le troisième jour la montée de lait se fait. Vos seins se gonflent et se remplissent de lait de couleur blanche cette fois-ci.

- Il est très important de bien positionner bébé lors des tétées. Et ce n’est pas si simple. Par ailleurs Junior ne doit pas sucer l’extrémité de votre mamelon, il doit prendre autant d’aréole qu’il lui est possible dans sa bouche. N’hésitez pas à solliciter l’aide des sages-femmes lors de votre séjour à l’hôpital.

- Dans les premiers jours de vie, bébé n’est pas du tout calé, il mange quand bon lui semble (allaitement à la demande). Qui plus est, il est difficile de savoir la quantité qu’il ingurgite d’où l’importance de surveiller périodiquement son poids. Au fur et à mesure des jours (des mois), les heures des tétées deviendront plus régulières. Patience.
 
 cours d'accouchement   
© Istock

 

 

La valise pour la maternité

Préparer sa valise pour le séjour à la maternité est un moment important pour les femmes enceintes puisqu’il signifie que le départ est imminent. Afin d’éviter tout souci et toute précipitation, il est nécessaire de la terminer au moins un mois avant votre terme, pour ne pas dire deux mois avant. Votre terme est, certes, prévu à 41 semaines, mais il n’est pas rare d’accoucher en avance (autour de 37 ou 38 semaines). Quant aux mamans dont la grossesse est gémellaire, elles seront quasi certaines d’accoucher même avant ces délais… Mieux vaut, donc, être prévoyante.

Les maternités vous fourniront une liste, bien entendu, de ce que vous devrez apporter. Vêtements pour Junior, vêtements pour vous, affaires de toilettes pour tous… Souvent complète de premier abord, les listes peuvent manquer de précision. Beaucoup de mamans ajusteront lors d’une deuxième grossesse le tir en ajoutant ce qui leur a manqué la première fois ou en retirant ce qui était de trop –pour plus de détails, vous pouvez consulter l’article La valise pour la maternité du mois de septembre 2007 de Top Bébé-. Pensez, dans tous les cas, à prendre des affaires chaudes et pratiques pour Junior. Et pour vous, s’il est normal de prévoir des affaires de jour pour accueillir les nombreux visiteurs, pensez à des tenues pratiques et larges. D’une part, votre ventre ne disparaît pas aussitôt après l’accouchement. Et d’autre part, la césarienne et l’épisiotomie sont des possibilités à envisager et qui vous empêcheront alors de vous sentir à l’aise dans tout ce qui est jeans et pantalon. Pour les femmes qui allaitent, pensez à des vêtements facilitant la mise au sein.

Les hôpitaux fournissent, en général, les produits de toilettes, couches et biberons pour votre séjour. Renseignez-vous tout de même avant de partir pour la maternité.

Entrée en salle de naissance : préparez ces affaires dans un sac à part, le reste vous sera amené dans votre chambre après votre accouchement.

- pour vous-même : un grand tee-shirt à manches courtes, une paire de pantoufles, une serviette de toilette et un brumisateur d’eau. Vous pouvez également prévoir des mots croisés, fléchés, sudoku, livre, tricot ou toute autre activité. Certaines femmes qui accouchent sous péridurale ne sentent tellement plus rien qu’elles en viennent à passer le temps ainsi… Pensez également à prévoir appareil photo et/ou caméra.

- pour le bébé : un body en coton, un pyjama, une brassière en laine, une paire de chaussons ou chaussettes en laine, un bonnet

- pour le suivi médical : la fiche de liaison remise par votre obstétricien, le compte-rendu de la consultation d’anesthésie, les examens et échographies effectués pendant la grossesse, votre carte vitale, le livret de famille ou la carte d’identité, la reconnaissance anticipée, la carte d’allocataire des allocations familiales

Pour votre séjour en maternité :

Pour vous-même : chemises de nuit et/ou pyjamas, vêtements d’intérieur pour la journée, affaires de toilette avec votre savon habituel, serviettes de toilette, culottes jetables, soutiens-gorge et coussinets d’allaitement

Pour le bébé : thermomètre (encore que les infirmières seront là pour vérifier la température de bébé), thermomètre de bain, 5 bodys en coton, 5 vestes ou brassières en laine, 5 paires de chaussons ou chaussettes, 5 bavoirs, 5 pyjamas en éponge, serviettes de toilette. Le 5 par 5 étant bien sûr un minimum. Les régurgitations et couches qui débordent peuvent parfois nécessiter du « rab » de linge.

 

Le périnée

Beaucoup de femmes n’ont jamais entendu parler du périnée avant les séances d’accouchement sans douleur. Le périnée est le muscle qui entoure et soutient les organes génitaux externes de la femme, allant de la vulve jusqu’à l’anus. Lors de l’accouchement, ils sont soumis à rude épreuve : il s’ouvre très largement pour laisser passer le bébé, ce qui le distend. Après un accouchement, ce muscle va plus ou moins bien récupérer. Il est très important que ce dernier retrouve sa vitalité car le périnée permet notamment de soutenir les organes du petit bassin (vessie, utérus, rectum et intestins) et d’éviter leur descente mais également de bien retenir les urines, de bien contrôler le fonctionnement de l'anus et d’ainsi éviter les fuites fécales. C’est ainsi que les gynécologues prescrivent désormais quasi-systématiquement une dizaine de séances de rééducation périnéale, à effectuer chez un kiné deux mois après la naissance.

cours d'accouchement  
© Istock

 

 

L’accouchement

Il s’agit avant tout de démystifier l’accouchement en expliquant son déroulement et de donner des méthodes pour diminuer la douleur (information, respiration, gym douce et relaxation.). S’il n'est pas possible de supprimer la douleur, il est possible de la comprendre, et donc de la contrôler. Vous allez ainsi durant vos cours apprendre à bien respirer et à bien vous positionner durant les contractions. Des ballons géants et des tapis de sol vous seront fournis durant les exercices, vous les retrouverez le jour J dans la salle de travail. Une partie du cours est également consacrée à l’expulsion, c'est-à-dire la phase finale de votre accouchement. Vous apprendrez à inspirer puis respirer pour enfin pousser et admirer votre bébé.

Souvent, les femmes se plaignent au premier cours qu’elles « savent » déjà tout ça. D’autres ont besoin de cette préparation à l’accouchement. C’est, bien sûr, le choix de tout un chacune d’aller ou non aux rendez-vous chez la sage-femme. Toutefois, n’oubliez pas que la grossesse et la maternité sont souvent un bouleversement dans la vie de toutes les futures mères. Et qu’allez poser des questions ou « écouter » quelques bases du métier de parents chez une professionnelle peut s’avérer utile et rassurant. Parole de maman !

cours d'accouchement
  © Istock

 
     
 


    Identification

Mot de passe oublié ?






Forums | Dossier de presse | L'équipe | TOP BEBE Copyright 2007 | Tous droits réservés | Mentions légales