loader.gifVeuillez patienter.
Chargement en cours...

mardi 30 septembre 2014 - Fête(s) du jour
  à la Une | Flash Info | Dossiers
Journal de grossesse
Ma douce attente …
Epilogue
En attendant bébé
La cigarette pendant la grossesse
Tout ce qu’il faut savoir sur les effets de la cigarette…
La page des mamans
La contraception après bébé
Entre pilule, stérilet et anneau contraceptif, que choisir ?
Espace parents
Parent et homosexuel ?
Interview de Sonia Tabbakh, psychologue
Espace Enfants
Cauchemars et terreurs nocturnes
Comment différencier ces troubles du sommeil…
À Table !
Lait de vache v/s lait de croissance !
Tout savoir sur les différences de laits
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les grands
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les petits
Dossier
Dermatologie
L’eau au service des maladies de peau
Dossier
Grossesse
La césarienne





Les hormones de grossesse
Entre enfer et délectation…
 

Quelle femme enceinte n’a pas souffert des hormones de grossesse ? Perturbantes, elles peuvent, tour à tour, vous rendre euphorique et vous transformer en petit démon. Vos réactions sont, dans tous les cas, exacerbées. « C’est de la faute des hormones », vous défendez-vous… Et c’est vrai ! Durant la grossesse, votre corps subit de nombreux changements, notamment au niveau physiologique. Vos hormones jusque là bien sages se réveillent et provoquent chez vous de drôles de réactions. Colères, émotions, nuits blanches, fatigue, euphories, manque de concentration… Vous n’avez alors que l’embarras du choix… Et tout ça, de la faute du placenta qui sécrète au cours des 9 mois de gestation quatre hormones : l’HCG, la progestérone, les oestrogènes et l’hormone lactogène placentaire. Explications…

 

 


 

 

 HCG…
 Les sautes d’humeur…
 La progestérone…
 Les oestrogènes
 L’hormone lactogène placentaire (HLP)
 L’envie de dormir, les émotions exacerbées et la concentration…


     
 

L’HCG…

… ou hormone chorionique gonadotrope est la première des hormones de grossesse. C’est même « l’hormone de grossesse » tout court. Très importante, c’est elle qui permet au corps jaune qui contient l’ovocyte de se maintenir dès les premiers jours de la grossesse avant que le placenta ne soit capable d’assurer la sécrétion des oestrogènes et de la progestérone. Sécrétée en nombre lorsque vous êtes enceinte, c’est elle, qui à l’analyse de sang, déterminera ou infirmera votre grossesse. Pratiquée à jeun, elle est capable de déceler une grossesse, en principe, avant même le fameux test « pipi » que vous achetez en pharmacie. Sécrétée par le placenta, elle est en effet détectable dans le sang dès le 10ème jour qui suit l’ovulation. Au fil des semaines, le taux d’HCG augmentera jusqu’à doubler son chiffre à la fin du premier trimestre pour atteindre 250000 UI /l. Alors qu’un début de grossesse, « vieux » de 15 jours, ne fera ressortir que 200 à 8000 UI/l. Le premier trimestre passé, le taux redescend un peu pour se stabiliser jusqu'à l’accouchement. Après la naissance, le taux chutera considérablement jusqu’à atteindre moins de 8 unités par litre.

hormones de grossesse
  © IStock

Ce qu’elle peut induire…

Une fois à son taux optimum, l’HCG peut provoquer divers désagréments comme les brûlures, aigreurs d’estomac, salivation excessive, crampes, fourmillements dans les membres, sensations de jambes lourdes, fatigue…

hormones de grossesse   hormones de grossesse
  © IStock

 

     
 

Les sautes d’humeur…

… sont-elles seulement dues aux hormones ? Il semblerait que non. Plusieurs psychologues auraient avancé l’idée que l’annonce d’une grossesse réveilleraient chez les futures mères des angoisses enfouies ou tout simplement naturelles, comme « serais-je à la hauteur ? Vais-je pouvoir assumer ? » et autres interrogations existentielles. Résultat ? Des réactions et émotions nouvelles qui se multiplient au cours des 9 mois… De quoi donner, souvent, du fil à retordre, à l’entourage…

 
     

  hormones de grossesse
  © IStock

La progestérone…

Très active, la progestérone sécrétée par la placenta permet d’une part de stimuler le développement des glandes mammaires (qui permettront ensuite la sécrétion du lait après l’accouchement) ; d’autre part, aide à l’implantation de l’embryon et à l’épaississement de l’endomètre (les parois de l’utérus). Sécrétée avant la 7ème semaine de grossesse par le corps jaune, elle l’est ensuite et jusqu’à la 12ème semaine, par le corps jaune et le placenta. Au-delà, la production de progestérone ne dépendra plus que du placenta.

hormones de grossesse
  © IStock

Ce qu’elle peut induire…

De la constipation ! La progestérone agit, en effet, sur les muscles lisses comme l’utérus afin d’éviter ou ralentir les contractions. Du coup, vos intestins sont aussi ralentis et cela induit la constipation. La progestérone favorise, parfois, également l’apparition ou la réapparition de l’acné. Et cause parfois l’effet inverse, faisant disparaître toute trace de bouton.

hormones de grossesse 
© IStock

Saviez-vous que…

… on dit de plus en plus que la progestérone jouerait un rôle au moment de l’accouchement…;

 

Les oestrogènes

Destinées à stimuler la croissance de l’utérus afin de permettre le développement du fœtus, elles ont également un rôle à jouer dans la croissance mammaire.

Ce qu’ils peuvent induire…

Un odorat exacerbé qui ne vous permet, parfois plus, de supporter certaines odeurs. Même celles qui avant ne vous posaient aucun souci particulier… On notera toutefois une prédilection à ne plus supporter les odeurs de gras, de café, de poisson et de parfums corsés. Plus problématiques, les nausées, flatulences et autres hoquets, également provoquées par les oestrogènes. Heureusement, les nausées disparaissent, en général, autour du 4ème mois. A contrario, et bizarrement, les oestrogènes semblent également être responsables des fringales et des envies soudaines de fraises en plein mois de décembre, par exemple.

hormones de grossesse
  © IStock


L’hormone lactogène placentaire (HLP)

Comme son nom l’indique, elle sert principalement au développement des seins en vue de l’allaitement, et ce dès la 5èmesemaine de grossesse. Autrement dit, lorsque vos seins commencent à prendre du volume, vous pourrez mettre ça sur le dos des HLP ! Mais l’hormone lactogène aurait également un rôle sur le métabolisme de la femme au cours de la grossesse.

 
hormones de grossesse
  © IStock

hormones de grossesse
  © IStock

     
 

L’envie de dormir, les émotions exacerbées et la concentration…

Provoquée par l’afflux massif d’hormones en tous genres et la transformation du corps, la fatigue peut prendre la femme enceinte n’importe quand et n’importe où. Elle disparaît, en général, dès le troisième mois. Mais il arrive que certaines femmes la ressentent durant les trois trimestres de la grossesse. Idem côté émotions : toutes ces hormones qui se multiplient dans votre organisme peuvent vous jouer des tours, comme de pleurer deux heures devant un mélo ou encore de vous mettre à rire pour un rien… Enfin, et surtout en fin de grossesse, certaines femmes auront l’impression de perdre la tête. Concentrées sur le bébé à venir et sous l’influence des hormones arrivées à leur maximum, elles auront des pertes de mémoire et sentiront un manque de concentration. Pas de panique : tout rentrera dans l’ordre après la naissance.
 
     

hormones de grossesse
 © IStock
 
     
 


    Identification

Mot de passe oublié ?






Forums | Dossier de presse | L'équipe | TOP BEBE Copyright 2007 | Tous droits réservés | Mentions légales