loader.gifVeuillez patienter.
Chargement en cours...

dimanche 18 novembre 2018 - Fête(s) du jour
  à la Une | Flash Info | Dossiers
Journal de voyage
Direction Gênes… en famille !
Reportage
En attendant bébé
Tri-test et Clarté nucale
Les deux tests importants de la grossesse
La page des mamans
Le sevrage
Comment s'y prendre lorsque vient le moment du sevrage…
La page des papas
Assister à l'accouchement… ou pas ?
Ce que les papas doivent savoir sur l'accouchement.
Espace Enfants
L'enfant-roi
Interview de Sonia Tabbakh, psychologue…
Bien-être
Exfoliez bio !
… et les autres jours aussi !
À Table !
L'intolérance au lactose
Quand bébé rejette toute forme de lait !
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les grands
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les petits
BD
BD…
…, livres-jeux & Brico
Dossier
Dermatologie
L’eau au service des maladies de peau
Dossier
Grossesse
La césarienne





Enfants surdoués, enfants précoces…
Tout savoir sur ces enfants pas comme les autres
 

Quel parent ne s’est pas posé un jour la question d’un enfant surdoué, précoce ? Lequel d’entre vous n’a pas consulté internet ou les livres de pédopsychiatres pour tenter de savoir si son petit bout n’avait pas un peu d’avance sur son âge ? D’autant que certains chiffrent parlent aujourd’hui d’un taux d’enfants surdoués qui avoisineraient les 5 %, soit environ 600 000 enfants et adolescents scolarisés. Comment savoir si votre petit se situe dans la norme ou si son QI est plus élevé ? Où se renseigner ? À qui en parler ? Quelles structures pour l’enfant ? Comment l’aider à trouver sa place ? Petits éclaircissements avec Top Bébé et notre psychologue, Sonia Tabbakh.

 

 

 

   Interview

     
 

Interview

les enfants surdoués, Top bébé Webzine

  © Istock
 

Qu’est-ce qu’un enfant surdoué ?

Un enfant dont l’intelligence dépasse celle de ses camarades au point de passer des tests de QI. Mais le QI n’est pas le seul argument d’un enfant surdoué. Il faut également prendre en compte le programme scolaire et le niveau de la classe.

Comment mesurer l’intelligence d’un enfant ?

Grâce au test Binet-Simon, crée en1905 et modernisé par Casselin en 1959. C’est un test qui permet de mesurer le développement de l’intelligence chez les enfants dès 4 ans. Le test peut être repassé une fois par an.


les enfants surdoués, Top bébé Webzine
  © Istock

     
 

Le test Binet-Simon

Crée en 1905 par Alfred Binet et le Dr Simon, le test permettait d’évaluer le niveau des enfants scolarisés en difficulté afin de les orienter vers des classes spécialisées. Le test se compose d’épreuves simples, notées afin d’évaluer un quotient. Le quotient moyen se situe à 100. Lorsqu’il est inférieur à 70, on considère que l’enfant souffre d’une arriération mentale. Entre 70 et 80, on est à la limite de l’arriération. De 80 à 90, les résultats de test évoquent une lenteur d’esprit et une intelligence bornée. Entre 90 et 110, l’intelligence est dite normale et dans la moyenne. Jusqu’à 120, on parle d’intelligence légèrement supérieure et d’enfants « doués », ce qui représenterait environ 17 % de la population. De 120 à 140, l’enfant a une intelligence très supérieure. Enfin, lorsque le test révèle un résultat supérieur à 140, on parle d’intelligence très supérieure, d’enfants surdoués et de précocité exceptionnelle. Attention, cela dit, à ne pas prendre ces chiffres au pied de la lettre. Des tas de facteurs peuvent interférer et les choses peuvent changer. Ces tests ne doivent être réalisés que par des professionnels et être réitérés afin d’en vérifier les résultats.
 
     


les enfants surdoués, Top bébé Webzine
© Istock
 

Quand faut-il détecter les enfants surdoués ?

Rapidement, pour que ces facilités leurs profitent au lieu de les handicaper. De nombreux enfants qui n’ont pas été détectés finissent par être en échec scolaire uniquement parce qu’ils s’ennuient en classe et ne sont pas dans des structures adaptées. Ou encore parce qu’ils deviennent les chahuteurs de service, un moyen comme un autre d’essayer d’attirer l’attention sur eux. Même si au final, on les prendra simplement pour les élèves dissipés au lieu d’y voir un appel d’un autre ordre. Ce qui ne veut pas dire non plus que tous les enfants en difficulté scolaire ou les « chahuteurs » sont des élèves surdoués. Simplement, un petit pourcentage de ceux là cacheront derrière leur attitude un mal-être dû à leur précocité.

En général, ces enfants sont-ils remarqués rapidement ?

Malheureusement non. La plupart du temps, ils ne sont remarqués qu’en fin de collège, ce qui est très dommageable pour eux. Ils se sont tellement éloignés du dictat scolaire que leurs études et leur bien-être peuvent en pâtir. Manque de structure et manque d’attention seront les phénomènes les plus remarqués.

Qu’est-ce qui fait d’un enfant surdoué ou précoce un enfant différent ?

Ce qui diffère principalement est le décalage entre une intelligence précoce et un développement moteur et affectif normal. En effet, le développement ne se fait pas au même niveau chez l’enfant précoce, il peut être très en avance sur le plan de la lecture, avec une importante curiosité intellectuelle, alors que l’écriture et la maturité affective ne suivent pas. L’enfant « surdoué » présente souvent des aspects hypermatures en surface, avec un intérêt pour des activités (jeux) et la compagnie d’adultes. Il se montre curieux, avec une hypersensibilité affective, et souvent solitaire pour le travail scolaire. Ces différences peuvent amener du rejet de la part des autres enfants et parfois des instituteurs, suscitant un profond sentiment de tristesse dû au rejet, de solitude et d’injustice chez l’enfant précoce.


les enfants surdoués, Top bébé Webzine

  © Istock


Comment l’accompagner dans son développement ?

Une politique de prévention aura l’avantage de favoriser l’accompagnement et l’orientation scolaire adaptée avant même l’apparition des troubles chez ces enfants précoces. En effet, le dépistage précoce de ces enfants permettrait probablement d’agir en amont, alors que malheureusement c’est bien souvent après l’apparition des troubles, voire des années après, que ces enfants sont repérés. Il existe des classes pilotes dans l’enseignement secondaire, avec des cycles plus courts, destinés aux enfants précoces, dans le secteur privé. Cette adaptation pour ces enfants leur permet une scolarité adaptée, avec un environnement homogène, banalisant ainsi leur précocité contre la stigmatisation extérieure. Il semble que dans l’éducation nationale, il n’y ait pas de mesure spécifique pour les enfants précoces, ce qui est dommageable, et ne permet pas l’accès à une scolarité adaptée pour chaque enfant et ce quelque soit sa classe sociale. Il peut y avoir certains professionnels désignés comme médiateurs scolaires, faisant le lien entre l’instituteur et les parents afin de favoriser le dialogue et la compréhension, et ainsi accompagner au mieux l’enfant. Sinon il y a toujours le respect de l’enfant tel qu’il est et pour ce qu’il est, dans un environnement familial attentif et chaleureux, avec une dose d’humour et beaucoup d’amour !

Comment être sûr qu’on ne lui « volera » pas son enfance en lui faisant sauter des classes ou intégrer des cursus adaptés ?

Comme je le disais juste avant, c’est, peut-être, au contraire pour lui un moyen de sentir à sa place que d’être dans un cursus adapté à ses capacités intellectuelles, avec bien sûr la prise en compte de la dimension affective. Eviter l’isolement, c’est aussi lui permettre d’être avec des enfants avec qui il se sent bien à sa place, dans des relations d’échanges et de jeux partagés. Il faut évidemment être vigilant à ces besoins tant intellectuels qu’affectifs, pour éviter un développement dysharmonique. Il n’y a pas d’âge pour jouer, le tout étant de respecter et suivre l’enfant dans son évolution et dans ses jeux, qui parfois inquiètent l’adulte de part leur précocité !


les enfants surdoués, Top bébé Webzine

  © Istock


Comment expliquer à un enfant qu’il est surdoué ?

L’expliquer, c’est surtout mettre des mots sur ce qu’il sait et ressent déjà bien avant tout le monde ! En effet, il sent ce décalage entre lui et les autres enfants, entre sa rapidité intellectuelle et la lenteur ou l’ennui d’un programme scolaire… Ce qui est important me semble surtout de pouvoir nommer cette précocité intellectuelle sans pour autant stigmatiser l’enfant. Il risque de se sentir différent et d’en souffrir, le rassurer et prendre en compte que le reste de son développement est tout à fait adapté à son âge. Peut être que de favoriser la parole autour de ce que l’enfant pense et ressent est aussi un biais pour reprendre, lui répondre et le rassurer.

Comment expliquer à l’entourage que l’enfant est surdoué ?

Expliquer que l’enfant est certes plus précoce au niveau de l’intelligence, mais il n’en demeure pas moins un enfant avec les mêmes besoins pour son développement moteur et affectif. Eviter de le stigmatiser ou de ne le faire exister que par cette précocité, qui au fond ne le constitue pas dans son « être » .


On parle parfois d’enfants à risque lorsqu’il s’agit d’enfants surdoués. Pourquoi ?

Les risques sont principalement l’échec scolaire, des troubles de l’apprentissage, des aspects dépressifs pouvant aller jusqu’à des conduites suicidaires et auto-agressives. C’est pourquoi il est important de repérer rapidement et le plus tôt possible, la précocité de l’enfant, sinon il risque de manifester des troubles dans son parcours scolaire et au domicile familial. Il semblerait qu’un enfant précoce sur deux serait en échec scolaire… ce chiffre signifie bien que ce qui pourrait être un avantage peut devenir un « handicap » s’il n’est pas reconnu !


les enfants surdoués, Top bébé Webzine

  © Istock


Certains pédopsychiatres préfèrent parler d’enfants intellectuellement précoces. Qu’en pensez-vous ?

Le débat sémantique peut paraître peu important, cependant qualifier avec des mots justes et précis permet de donner tout son sens au mot ! Parler d’enfant intellectuellement précoce me semble tout à fait juste dans le sens où il s’agit bien d’une précocité ciblée sur le plan intellectuel et non pas sur le reste du développement (moteur et affectif). C’est justement ce décalage qui est à repérer et à prendre en compte pour éviter les troubles et la souffrance de l’enfant.

Quelle est la différence dans ce cas avec un enfant surdoué ? Bonne question !?

Je pense seulement à ce livre d’Alice Miller « Le drame de l’enfant doué » qui explique si bien que le drame de tant d’adultes doués est de perdre son être, cette partie de soi cachée… L’essentiel est bien de rester au plus proche de soi, d’être au plus près de ce que l’on est, en cela il ne s’agit plus de penser en terme de « doué », « surdoué » ou « sous-doué » !

 
     
 


    Identification

Mot de passe oublié ?






Forums | Dossier de presse | L'équipe | TOP BEBE Copyright 2007 | Tous droits réservés | Mentions légales