loader.gifVeuillez patienter.
Chargement en cours...

jeudi 24 juillet 2014 - Fête(s) du jour
  à la Une | Flash Info | Dossiers





La notion du temps et l’enfant
Quand deux minutes et demain riment avec tout de suite !
 

Difficile d’expliquer à un tout-petit ce qu’est le temps. Pour lui, passé, présent et futur, les trois dimensions du temps, ne font qu’un. Un temps infini et total. Que l’on demande à l’enfant de patienter deux minutes et ce sera déjà, pour lui, trop long. Que maman s’absente une heure et ce sera le drame. La notion du temps chez l’enfant n’existe pas chez l’enfant. Mais elle s’apprend… Quand, comment, pourquoi… C’est ce que l’équipe de Top Bébé va tenter de vous expliquer…

 

 


 

 Comment l’enfant perçoit-il la notion du temps ?
 Quelles sont les conséquences du temps infini ?
 Quand le temps rime avec les temps…
 Intégrer la notion du temps équivaut-il à apprendre la patience ?

 

     
 

Comment l’enfant perçoit-il la notion du temps ?


Les enfants et la notion du temps

Comme quelque chose d’infini. Pour lui, deux minutes équivalent à une heure ou une journée. Un nourrisson qui a faim aura faim « maintenant, tout de suite ». Inutile de tenter de raisonner ses pleurs en lui assurant que « ça chauffe », c’est peine perdue. Et quand vient le temps d’aller à la garderie, oh désespoir. On a beau répéter que ce n’est que pour quelques heures, l’enfant le vivra comme une séparation réelle et infinie. D’où le terme « angoisse de séparation » et l’utilité des doudous, pouces et autres objets transitionnels. Un enfant n’anticipe pas les changements. Il vit simplement les évènements au moment où ils se produisent. Demain n’existe, pour l’enfant, que maintenant.


L'enfant et la notion au temps
© IStock

 

Quelles sont les conséquences du temps infini ?

Le temps n’a ni début ni fin. L’enfant vivra donc tous les évènements dans le présent, ce qui implique pour lui de revivre un souvenir aussi intensément que sur le moment ou s’impatienter pour quelque chose qui n’arrivera que plus tard. D’où la fameuse rengaine en voiture : « C’est quand qu’on arrive ? ».Vous aurez beau répéter que ce n’est pas tout de suite, que c’est dans une heure, dans deux…, la question reviendra à l’infini, jusqu’à l’arrivée… La solution ? Prendre son mal en patience…

L'enfant et la notion au temps
© IStock

 

 

Quand le temps rime avec les temps…

Pour l’enfant, l’apprentissage du temps se fait en plusieurs étapes et se scinde donc en plusieurs aspects. Vers 5-6 ans, l’enfant commence à intégrer la notion du temps, d’ordre (avant, après, en même temps) et celle de durée. Vers 7-8 ans, il intègre la notion d’irréversibilité du temps, c’est-à-dire le fait de ne pas pouvoir faire remonter le temps. Et ce n’est qu’après avoir expérimenté ces deux « notions » que l’enfant commence à comprendre que le temps d’une activité quotidienne n’est pas le même temps que celui de l’attente. C’est également le moment pour lui d’intégrer les notions de vitesse et d’espace, des chiffres et, par extension, de l’heure.

 

Intégrer la notion du temps équivaut-il à apprendre la patience ?

La patience reste encore une autre affaire… Savoir qu’il faut du temps et que l’attente est une réalité reste, parfois, et pour certains, difficile à vivre et à tolérer ! Savoir qu’on ira au zoo « que demain » ne veut pas dire supporter l’attente.

 

L'enfant et la notion au temps      L'enfant et la notion au temps
© IStock
 
     
 


    Identification

Mot de passe oublié ?






Forums | Dossier de presse | L'équipe | TOP BEBE Copyright 2007 | Tous droits réservés | Mentions légales