loader.gifVeuillez patienter.
Chargement en cours...

dimanche 15 juillet 2018 - Fête(s) du jour
  à la Une | Flash Info | Dossiers
Journal de voyage
Direction Gênes… en famille !
Reportage
En attendant bébé
Les bains pendant la grossesse
Se détendre dans un bain, oui, mais…
Espace parents
La sexualité pendant la grossesse
Faire l’amour en attendant bébé…
Allo, Docteur !
Les insolations
… ou les conséquences d’un mauvais coup de soleil
Espace Enfants
L’apprentissage du pot
Quand vient l’été des deux ans…
Bien-être
Le lundi au soleil…
… et les autres jours aussi !
À Table !
Le fromage, à quel âge ?
Interview de Sylvie Willemin, nutritionniste Nestlé
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les grands
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les petits
BD
BD…
…, livres-jeux & Brico
Dossier
Dermatologie
L’eau au service des maladies de peau
Dossier
Grossesse
La césarienne





Les pleurs du nourrisson
Un bébé pleure deux heures par jour…
 

Un bébé, ça pleure. Mais, jusqu’à ce qu’il sache parler, difficile de savoir pourquoi. A-t-il faim ? Faut-il changer la couche ? A-t-il trop chaud ? Trop froid ? A-t-il mal ? Comment s’y retrouver parmi tous ses cris qui, croyez-vous, se ressemblent tous ? En écoutant, peut-être, tout simplement, mais également en faisant confiance à votre instinct…

 

 


     
 

Depuis quelques années, il est établi par des pédiatres et des pédopsychiatres qu’un nourrisson de moins de 15 jours a besoin de pleurer deux heures dans la journée pour évacuer ses frustrations, son stress, ses angoisses et les tensions accumulées. C’est pourquoi le plus gros des pleurs se produit le soir, à la fin de la journée.

 


  © Stock Exchange

 

Les 15 premiers jours passés, l’enfant pleurera sans doute un peu plus longtemps que les deux heures du début, et ce jusqu’à la fin du troisième mois. Avant qu’il pleure, au fil des mois, de moins en moins. Mais dans tous les cas, il faut bien comprendre que les pleurs du bébé sont normaux. Ils sont son seul moyen de communication avec l’entourage pour signaler que quelque chose ne va pas. Anticiper tous ses besoins et ne pas le laisser pleurer un tout petit peu ne lui serait pas bénéfique. Et cela ne vous aidera pas non plus à le comprendre, puisqu’il est évident qu’au fil des jours, vous saurez interpréter la plupart des pleurs de votre enfant, ou en tout cas y associer un besoin primaire comme la faim, le change, le sommeil. Mais attention ! Cela ne veut pas dire que vous devez laisser pleurer votre enfant pendant des heures. On dit d’ailleurs que pour un tout-petit, 10 minutes de pleurs est la limite du raisonnable. Au-delà, prenez votre enfant dans les bras et tenter de savoir ce qui ne va pas. La manipulation chez l’enfant ne commence pas avant le quatrième mois. Quant aux caprices, ils n’ont pas encore lieu. Si votre bébé pleure, c’est que quelque chose ne va pas ou simplement qu’il essaye de communiquer. Autrement dit, ne pas venir le voir, c’est refuser le contact qu’il tente d’établir. Mais ne vous énervez pas parce que vous vous sentez impuissants face à leurs cris. Sachez que les cris d’un bébé peuvent atteindre 85 décibels, ce qui équivaudrait au son d’une rue animée. C’est stressant, certes. Mais plutôt que de risquer de lui faire du mal ou de lui crier dessus, expliquez-lui que vous êtes fatigués de l’entendre et sortez prendre l’air en le confiant à une personne de confiance.

 

 

 La faim
 Trop chaud ou trop froid
 Besoin de silence
 Envie de dormir
 Besoin d’être changé
 Les émotions de l’entourage
 Bobooo…
 Angoisses
 Quand s’inquiéter ?
 Le bébé secoué


La faim

Lorsque le tout-petit a faim, son premier réflexe est de pleurer pour le faire savoir. Et vous remarquerez très vite qu’il n’est pas patient du tout. Ses premiers gémissements se transforment vite en cris qui vont crescendo. Si vous le faites trop attendre, ses pleurs passeront alors au stade de la colère, dont les cris sont facilement reconnaissables : ils sont constants.

Petit conseil alors, pour celles qui n’allaitent pas et pour qui le repas est déjà tout prêt, essayez d’anticiper en préparant le biberon à l’avance si vous ne voulez pas que bébé se mette à hurler. Ce qui ne veut pas dire non plus de ne pas le laisser réclamer. Ne perdez pas à l’esprit que pleurer lui permet d’évacuer son trop plein d’émotions. Ce n’est donc pas un mal qu’un nourrisson pleure quelques minutes avant de pouvoir manger.

 

Trop chaud ou trop froid  

Votre pédiatre vous dira sûrement que : « partez du principe que si vous avez chaud, bébé a encore plus chaud. Et si vous avez froid, il a encore plus froid ». Un enfant qui se réveille en pleine nuit sans aucune raison et se met à hurler, c’est toujours angoissant. On se demande ce qu’il a. Une fois que vous vous êtes assurés qu’il n’a pas faim, que sa température est normale et qu’il va bien, pensez à vérifier qu’il a assez chaud ou assez frais…

 

Besoin de silence

Les pièces bruyantes et très lumineuses peuvent parfois gêner un enfant lorsqu’il cherche son sommeil, surtout les premières semaines. Pensez à l’installer dans une pièce à bonne température (20°C la journée, 18°C la nuit, idéalement), et tirez les rideaux. Vous pouvez, bien sûr, lui accorder quelques minutes le temps qu’il se calme mais vous verrez que, si son problème était un manque de sommeil, se retrouver au calme va vite l’apaiser.

 


  © Stock Exchange

 

Envie de dormir

C’est bien beau de vouloir présenter votre septième merveille du monde à toute la famille, mais n’oubliez pas qu’un nourrisson dort entre 18 h et 20 h par jour le premier mois, 18 h à 19 h de 1 à 3 mois et encore 16 h à 17 h jusqu’au 5ème mois. S’il commence à chouiner sans raison apparente, à se tortiller, à chercher quelque chose qu’il ne trouve pas, il y a des chances pour que ce soit son sommeil. N’oubliez pas de le laisser se reposer. Il n’en sera que plus sociable pour les présentations. Et si une fois couché, il a encore du mal à s’endormir, n’hésitez pas à essayer la tétine. Les bébés ont souvent besoin du phénomène de succion, qui les rassure.

 

Besoin d’être changé

Les fesses sales, vous aimeriez ? Personne n’aimerait rester avec une couche mouillée ou souillée de selles. Normal donc de se manifester. Et ça, au moins, ce n’est pas difficile à vérifier.

 

Les émotions de l’entourage

Une maman stressée ne rassurera pas le bébé. Une dispute dans le couple encore moins. Si vous êtes en désaccord avec votre conjoint, votre mère, votre patron, ne perdez pas de vue que votre bébé ressent vos émotions. Si vous êtes anxieuse, il le sera aussi. Si vous êtes triste, bébé sera triste à son tour. Alors plutôt que de le stresser avec vos émotions, confiez-le à un proche et allez vous aérer.

 

Bobooo…

Au fil des jours, vous apprendrez à reconnaître les pleurs de votre enfant lorsqu’il a mal et qui sont, en général, très intenses. Ils commencent très fort et ne s’arrêtent que pour quelques secondes, comme si le bébé reprenait son souffle. Une fois écartées les causes citées plus haut, vous devrez vous poser la question de la douleur. Pour les tout-petits, ce seront bien sûr, dans un premier temps, les coliques du nourrisson, qui commencent au début du premier mois et dureront jusqu’au 3ème. Personne n’a su définir pourquoi ça commence et pourquoi ça s’arrête, du jour au lendemain. Les coliques sont assez facilement reconnaissables puisque l’enfant tend et replie les jambes en mouvements brusques pour essayer de se débarrasser de sa douleur. Si, lorsque vous mettez bébé à plat ventre sur votre avant-bras ou si, lorsque vous lui massez le ventre, les cris s’arrêtent, alors vous aviez bien affaire aux coliques.

 


  © Stock Exchange

 

Pour les tout-petits, les dents seront souvent également source de souffrance. Pour tenter de définir si une quenotte pousse, vous avez plusieurs solutions : la fièvre, les fesses rouges, les gencives enflammées et simplement le bout de dent qui pointe son nez. Pensez aux crèmes comme le Dolodent, avec laquelle vous leur masserez les gencives.

Enfin, les petites infections comme un rhume accompagné de fièvre provoqueront inévitablement des pleurs. Administrez du Doliprane nourrisson ou mettez un suppositoire à bébé avant de le laisser dormir. C’est en général très efficace.

 

Angoisses

L’angoisse la plus courante est l’angoisse de séparation. Pour essayer de préparer l’enfant à ces changements qui interviendront forcément à un moment donné de sa vie (entrée en crèche, nourrice, maternelle), prévenez-le toujours quand vous le laissez, ne serait-ce que lorsque vous le couchez. Dites-lui que c’est l’heure de dormir mais que vous n’êtes pas loin. Et s’il pleure plus de dix minutes, revenez lui parler. Ce n’est pas lui céder que de venir le rassurer en lui disant que vous êtes toujours là.

 

Quand s’inquiéter ?

Un bébé qui pleure très longtemps sans que rien ne le calme, ni une tétée, ni un câlin, ni un dodo a de quoi inquiéter. Dans ce cas, il vaut mieux vérifier sa température et appeler votre pédiatre ou la puéricultrice de votre PMI (Protection Maternelle Infantile). Si ceci se produisait à des heures non ouvrables, n’hésitez pas à aller aux Urgences. Personne ne vous en voudra de venir vérifier que votre bébé n’a rien. Sachez qu’en cas de doute, vous pouvez aussi appeler le 15. Au service du Samu, il y a un médecin de garde qui pourra vous conseiller.

 

     
 

Le bébé secoué

Un bébé qui hurle à n’en plus finir est usant. Les coliques sont souvent le passage le plus difficile à vivre au début de la vie de bébé, pour lui comme pour ses parents. Si vous n’en pouvez plus, demandez à votre conjoint de prendre le relai, ou aux grands parents, à une amie, à votre sœur. N’attendez pas de perdre patience. Vous risqueriez un geste malheureux, qui n’arrive pas qu’aux autres, comme le syndrome du bébé secoué. Si le geste peut paraître anodin sur le moment, il peut être mortel pour l’enfant. Les muscles de son cou ne sont encore pas assez forts pour soutenir sa tête, qui est alors ballottée d’avant en arrière. Le cerveau vient cogner contre les parois de la boite crânienne et cela peut provoquer des lésions cérébrales irréversibles, voire la mort.

 
     

 
     
 


    Identification

Mot de passe oublié ?






Forums | Dossier de presse | L'équipe | TOP BEBE Copyright 2007 | Tous droits réservés | Mentions légales