loader.gifVeuillez patienter.
Chargement en cours...

dimanche 17 décembre 2017 - Fête(s) du jour
  à la Une | Flash Info | Dossiers
Journal de voyage
Direction Gênes… en famille !
Reportage
En attendant bébé
Les hormones de grossesse
Entre enfer et délectation…
La page des mamans
Le sevrage
Comment s'y prendre lorsque vient le moment du sevrage…
La page des papas
La couvade du père
Quand le futur papa fait une grossesse nerveuse…
Allo, Docteur !
La mononucléose
Une petite maladie bien fatigante…
Espace Enfants
Faut-il croire au Père Noel et à la petite souris ?
Interview de Sonia Tabbakh, psychologue et thérapeute familiale
Coffre à jouets
Quand tu descendras du ciel…
La sélection de Noël 2017
À Table !
Les enfants et les fruits de mer !
Pourquoi ils n'ont pas le droit d'en manger ?
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les grands
Le coin lecture
De la lecture…
… pour les petits
BD
BD…
…, livres-jeux & Brico
Dossier
Dermatologie
L’eau au service des maladies de peau
Dossier
Grossesse
La césarienne





Le sevrage
Comment s’y prendre lorsque vient le moment du sevrage…
 

Depuis des semaines ou des mois, vous vivez en symbiose avec bébé. Vous l’allaitez et cette relation vous appartient. Pourtant, le temps du sevrage approche et les questions, souvent, se succèdent les unes aux autres. Quand allez-vous arrêter ? Combien de temps cela va-t-il prendre ? Qu’est-ce que cela implique pour vous et le bébé ? Est-ce que l’arrêt de l’allaitement ne va pas altérer vos relations ? Bref, tout tourne dans votre tête. La rédaction de Top Bébé s’est donc penchée sur la question afin de tenter de vous rassurer…

 

 

 

   Quand arrêter d’allaiter ?
 Qu’est-ce qui se passe pour le corps de la mère ?
 Stopper les montées de lait
 L’aspect psychologique du sevrage…
 Le sevrage par étapes
 Le biberon
 L’intolérance au lactose

     
 
Le sevrage, Top bébé Webzine
© Istock 

Quand arrêter d’allaiter ?

Il n’y a pas vraiment de règle. Si on suit à la lettre l’évolution prévue par les pédiatres, ce sera vers six mois, lors de la diversification alimentaire. Mais, pour beaucoup de femmes, l’allaitement maternel devra stopper au moment de la fin de congé maternité. Pour d’autres, qui auront la chance de pouvoir rester à la maison, soit parce qu’elles ne travaillent pas, soit parce qu’elles prennent un congé parental, l’allaitement pourra se poursuivre de longs mois. C’est à vous de décider quand vous arrêtez, dans la mesure du possible. Vous pouvez également procéder par étapes, lors de la diversification alimentaire : un repas à la cuillère et l’allaitement le reste du temps.

Le sevrage, Top bébé Webzine
© Istock


     
 

Saviez-vous que…

Lorsque la production de lait diminue, celui-ci prend un goût légèrement salé ? Goût qui ne fait pas l’unanimité auprès des enfants ! Donc, si votre petit se met à bouder les tétées, ne culpabilisez pas. Vous n’y êtes pour rien. Cela fait juste partie d’un processus naturel.

 
     

Le sevrage, Top bébé Webzine
    © Istock

Qu’est-ce qui se passe pour le corps de la mère ?

Pour que vous puissiez arrêter d’allaiter sans que ce ne soit douloureux ou problématique, il faut que la production de lait diminue. Pour certaines femmes, cela se fera tout seul, avec la diminution des fréquences des tétées. Pour d’autres, il faudra avoir recours à un médicament. Dans le cas d’un arrêt progressif, il ne sera pas rare de continuer à produire un peu de lait durant des semaines, voire des mois après le sevrage. Rassurez-vous : au fil du temps, cet excès de lait sera réabsorbé dans la circulation sanguine. Vous remarquerez également, souvent, que vous reprenez un peu de poids après l’arrêt de l’allaitement. Un phénomène dû au fait que les graisses ne sont plus absorbées par le lait maternel qui est ensuite distribué au bébé. Enfin, chutes de cheveux, ongles cassants et même boutons d’acné peuvent apparaître… Vive les changements hormonaux !

 

Stopper les montées de lait…

Pour celles qui souhaiteraient arrêter d’allaiter d’un seul coup, soit parce qu’elles y sont contraintes pour des raisons médicales, pour des crevasses ou tout simplement parce que l’allaitement ne leur convient pas du tout, le médecin prescrira des antiprolactines. Ce traitement permettra d’empêcher la production de prolactine, l’hormone responsable des montées de lait. Au programme également, des anti-inflammatoires pour éviter les douleurs dues aux engorgements éventuels.


Le sevrage, Top bébé Webzine
    © Istock

L’aspect psychologique du sevrage…

Pour certaines jeunes mamans, le sevrage sera mal vécu. Elles le percevront comme un déchirement, première « séparation » d’avec l’enfant. Il ne faudra, alors, pas hésiter à en discuter avec le médecin, le papa, les amies. Pour d’autres, bien sûr, tout se passera dans la légèreté et le sevrage ne sera ressenti que comme une suite logique de l’évolution de bébé.

Le sevrage, Top bébé Webzine
    © Istock

     
 

Saviez-vous que…

Les tétées provoquent des pics hormonaux d’ocytocine, régulatrice de l’humeur et qui a tendance à fonctionner comme un antistress. Pas de panique donc si après le sevrage, vous avez tendance à vous sentir un peu déprimée. Cela finira par passer et si ce n’est pas le cas, parlez-en à votre médecin.

 
     

 

Le sevrage, Top bébé Webzine
© Istock

Le sevrage par étapes

Lorsque se profile à l’horizon le temps de reprendre le travail, il faut penser au sevrage. Mais un sevrage progressif qui vous permettra même sans doute de garder deux tétées (celle du matin et celle du soir) pendant quelques semaines voire quelques mois encore. Il faudra alors, progressivement et durant environ un mois, supprimer les tétées de la journée les unes après les autres et les remplacer par des biberons. La quantité à donner sera précisée par votre pédiatre et s’établira en fonction de l’âge de l’enfant. Mais attention : dans certains cas, la diminution des tétées induira un quasi arrêt des montées de lait. L’allaitement du matin et du soir ne pourra alors pas être poursuivi.

     

Le biberon

Difficile parfois de faire accepter le biberon à bébé, très friand d’allaitement. Ne vous découragez pas et réessayez petit à petit. Pensez également à essayer différents biberons. Certains ont des tétines très particulières, conçues comme les mamelons de la maman.

 

Le sevrage, Top bébé Webzine
© Istock

L’intolérance au lactose

Il arrive enfin que lors du sevrage, bébé réagisse mal. Il peut vomir, avoir de nombreuses régurgitations et même refuser le lait. Pensez à en parler à votre médecin : il est, en effet, fort possible que votre petit soit intolérant au lactose. Un désagrément passager qui, en général, disparaît vers l’âge de trois ans.


 
     
 


    Identification

Mot de passe oublié ?






Forums | Dossier de presse | L'équipe | TOP BEBE Copyright 2007 | Tous droits réservés | Mentions légales